Guadeloupe - Capesterre Belle EauRetour à l'île

Présentation

C’est dans la commune de Capesterre Belle Eau, montagneuse, fertile et riche en eau de source, que Christophe Colomb débarqua au cours de son deuxième voyage, le 04 novembre 1493, au lieu dit Sainte-Marie. Le nom de Capesterre vient de l’ordre donné par Christophe Colomb à son équipage en voyant la Guadeloupe : « Cap à l’Est sur la terre ». L’ajout du terme «  Belle-Eau » est facile à comprendre, compte tenu de la beauté de ses chutes, rivières et océan, et permet également de ne pas la confondre avec sa consœur de Marie-Galante.

Les pétroglyphes découverts dans la rivière de Pérou et de Bananier confirment la présence des Amérindiens qui s’y étaient installés bien avant la découverte de l'île. Dès  le  XVIII° siècle, Charles Houël ayant concédé des terres à des colons hollandais chassés du Brésil, pour y cultiver la canne à sucre, Capesterre Belle Eau se tourne tout naturellement vers l'agriculture.

Après l’abolition de l’esclavage en 1848, des travailleurs indiens venant des comptoirs de Pondichéry, de Calcutta et de Madras, furent engagés sous contrat pour remplacer les anciens esclaves noirs sur les plantations. Ainsi la majorité de la population de la commune est d’origine  indienne, d’où la présence du Temple Hindou de Changy.

Autrefois terre de canne à sucre et de café, Capesterre s'impose "capitale"  de la culture de la banane.

Reconnue pour la richesse de son patrimoine culturel  avec le cimetière des esclaves, la Plantation Grand Café, la Distillerie Longueteau mais aussi pour son Parc National avec le Grand Etang, les Chutes du Carbet, les rivières et cascades, Capesterre Belle Eau est l'une des communes les plus visitées de l'archipel.